Par Karine Béghin

Le pardon, ce long travail

Cette ultime libération, je crois que je la touche enfin du doigt. Ce fut long, il aura d'abord fallu observer et analyser la souffrance, seule et en se faisant aider. Puis il aura fallu extérioriser la douleur par l'écriture du livre pour ma part.

Et enfin pardonner en toute conscience, sans plus aucune manifestation de haine.

 

Il y a encore quelques semaines cette colère était encore un peu présente, non pas sur les faits, mais sur la blessure de trahison. La guérison suite à l'inceste prend des années, il faut l'accepter. Le plus dure à admettre pour moi, et que je viens récemment de réaliser, est que j'aime ma mère, quoi qu'elle ait pu faire, omettre et même si elle ne m'a pas choisi. L'ultime pardon, pour une ultime libération, c'était mon partage du jour 🙏🏻

Amicalement, Karine

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article